Une Put*n d’Histoire

CV_une_putain_d_histoire_NOEL.indd

Quatrième de couverture

« Au commencement était la peur… »

Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une « put*n d’histoire ».
Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…

Mon avis

« Une Put*n d’Histoire » est un roman qui m’avait intrigué lors de sa sortie en grand format mais ayant déjà beaucoup à lire et du retard dans mes lectures, j’avais fait l’impasse dessus. Je profite donc de cette réédition poche pour me lancer dans cette histoire qui m’avait interpelé et je dois dire que la surprise a été assez bonne.

L’histoire se situe sur une petite île du nord ouest du Pacifique à une heure de ferry du continent. Notre héros, Henry, est un adolescent de 16 ans sans histoire, fan des films d’horreur et de Nirvana.
Il se dispute sur le ferry avec sa petite amie, Naomi qui veut le larguer. On la retrouvera le lendemain noyée sur une plage de l’île, empêtrée dans un filet de pêche.
Il nous raconte sa « putain d’histoire » alternativement avec un narrateur omniscient qui relate l’enquête de police et la quête d’un magnat d’une entreprise de nouvelles technologies à la recherche de son fils.

Au début on pourrait croire à un roman d’adolescents, un peu simplet par l’écriture…et puis tout doucement l’auteur nous emmène dans son huis clos oppressant.

Minier est un auteur de polars d’atmosphère, ne comptez pas sur lui pour déverser des litres de sang, Minier fait dans l’ambiance, dans les sons, dans les paysages et dans les huis clos angoissants.

Mais revenons à notre histoire, sans vous spoiler bien sûr.

Après la découverte du corps de Naomi, vous vous doutez bien que le suspect numéro 1 est tout désigné, son petit ami Henry.

C’est là que notre « héros » et ses amis décident d’enquêter parallèlement à la Police. Mais c’est sans compter les pouvoirs quasi illimités de notre magnat, Grant Augustine, qui a décidé de retrouver son fils coûte que coûte.

Le microcosme de cette petite île balayée par les vents et la pluie, opposé à la toute puissance planétaire fournie, par les nouvelles technologies, ainsi que la recherche de la vérité par 5 ados confrontés à la dureté du monde adulte sont intéressantes . De même les retournements de situation sont nombreux et la fin est surprenante. Mais un peu trop caricaturalle!

Minier, nous avez habitué à des histoires implantées en France, Pyrénées, Toulouse…qu’il est envie de changer pourquoi pas. Mais là c’est un roman un peu trop américanisé! Et on le ressent dès le début du livre.

Les caricatures sont nombreuses: un super patron et futur sénateur, Grant Augustine, qui traque tout et tout le monde ( méfiez vous de vos ordis, téléphones portables, tablettes et autres objets connectés ), des flics à la dérive, des supers ados qui mènent l’enquête ( on se croirait dans Riverdale ), notre jeune « super héros » Henry capable, fin novembre, de nager dans un océan déchainé pendant plus d’un kilomètre… et j’en passe!

Et cette fin certes « surprenante » mais complètement absurde à mon goût.

Ne vous méprenez pas, j’ai aimé ce livre. On rentre rapidement dans l’histoire. L’intrigue est bien ficelée avec pas mal de rebondissements. Mais Minier nous a habitué à mieux. Ce livre est plus dans la catégorie « Jeune adulte » que dans dans celle des thrillers ( langage d’ado un peu trop grossier à mon goût ).

En bref, « Une Put*n d’Histoire » est un roman qui me laisse un sentiment mitigé parce que Minier m’avait habitué à un tout autre style. L’histoire est bonne, l’intrigue aussi mais trop d’énormités et la fin est trop incohérente à mon goût …..« Tel est pris qui croyait prendre ».

Publicités

2 réflexions sur “Une Put*n d’Histoire

  1. J’ai beaucoup aimé ce livre. J’ai trouvé que le suspens était vraiment au rendez vous et ce jusqu’à la fin du coup après j’ai lu tous les livres de Bernard Minier et je te les recommande vraiment.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s